DSpace
 

Bienvenue à la Bibliothèque Virtuelle de l'université d'Alger >
universite d'alger >
thèse langue française >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/1635/14941

Titre: INTERET DE LA NEUROENDOSCOPIE DANS L’AMENAGEMENT DES KYSTES ARACHNOIDIENS INTRACRANIENS
Auteur(s): DERRADJI, Hakim
NEBBAL, Mustapha
Mots-clés: kyste arachnoïdien intracrânien
fenestration endoscopique
neuroendoscopie
Issue Date: 22-Apr-2019
Description: ntitulé : Intérêt de la neuroendoscopie dans l’aménagement des kystes arachnoïdiens intracrâniens Introduction : Les kystes arachnoïdiens intracrâniens sont des lésions dues à l’accumulation anormale du LCR dans certaines localisations cérébrales, particulièrement dans la vie embryonnaire. Avec une prévalence relativement faible (1% des lésions cérébrales intracrâniennes), leur découverte est souvent fortuite. Toutefois, ils peuvent se manifester par des symptômes cliniques graves ou présenter un risque hémorragique, nécessitant leur aménagement neurochirurgical. L’objectif de notre étude est de démontrer l’intérêt de l’utilisation de la neuroendoscopie comme technique de choix dans le traitement de ces lésions et de démontrer son apport par rapport au reste des techniques neurochirurgicales Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude prospective descriptive réalisée entre 2012 et 2017 sur 120 patients, âgés de quelques jours jusqu’à 64 ans, atteints de kystes arachnoïdiens intracrâniens symptomatiques, parmi lesquels 100 ont bénéficié d’une décompression neurochirurgicale. Les méthodes chirurgicales appliquées à des nombres variables, sont : fenestration neuroendoscopique, shunting et craniectomie. Les suites opératoires ont été évaluées sur l’échelle COS (Clinical Outcome Scale) et IOA (Imaging Outcome Aspect). Résultats : La proportion des patients traités par fenestration endoscopique a atteint 81% du nombre total des malades particulièrement dans les kystes arachnoidiens quadrigéminaux, sellaires et suprasellaires, et intraventriculaire qui ont été aménagé à 100% par voie endoscopique. Le reste des patients a bénéficié de dérivations (10%), craniectomie (7%) et évidement (2%). Le taux de complications était de 16% du nombre total des patients opérés. La neuroendoscopie a présenté le taux le plus faible (5%) par rapport aux autres techniques : shunting (36%) et craniectomie (29%). L’amélioration clinique est notée chez 90% des patients en post-opératoire. Radiologiquement, l’amélioration a touché 68% des patients opérés à court et à long terme. Conclusion : La fenestration endoscopique a été utilisée chez la majorité de nos patients. Il s’agit d’une technique mini-invasive présentant de nombreux avantages bénéfiques pour le patient. Elle a permis d’alléger l’impact de la chirurgie et a élargie par ce fait, le domaine d’indication. Elle peut être utilisée seule ou associée à d’autres techniques suivant la localisation et les particularités de chaque kyste. Au vu des résultats obtenus dans notre étude, cette technique a réussi de résoudre le problème des kystes arachnoïdiens profonds d’un côté et de participer amplement dans l’aménagement des autres localisations.
URI: http://hdl.handle.net/1635/14941
Appears in Collections:thèse langue française

Files in This Item:

File Description SizeFormat
DERRADJI_HAKIM.pdf9,18 MBAdobe PDFView/Open
View Statistics

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

Valid XHTML 1.0! DSpace Software Copyright © 2002-2010  Duraspace - Feedback